Rechercher
  • Serious Gut

Tout ce qu'il faut savoir sur les symptômes et le traitement du syndrome de l'intestin irritable





[Sommaire]


- Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin irritable ?

- Quelle sont les causes du SII ?

- Les symptômes du SII

- Comment diagnostiquer le SII ?

- Microbiote intestinal individuel et SII

- Comment traiter ou prévenir le SII ?

- Agir sur le stress chronique

- Modifier votre régime alimentaire

- Consommer des suppléments de probiotiques

- Bibliographie



Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin irritable (SII) ?

Le syndrome de l’intestin irritable (SII), autrement appelé le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble gastro-intestinal courant. Bien qu’il ne soit pas grave, il peut avoir de réels impacts sur la qualité de vie des personnes concernées.


C’est une pathologie dite fonctionnelle, car on ne repère aucune anomalie des organes en cause au moyen des examens courants.


Ses symptômes sont désagréables, et sont souvent similaires à ceux que l’on peut trouver dans les cas d'hyperperméabilité intestinale (Leaky gut) ou du SIBO (Small Intestinal Bacterial Overgrowth - soit pullulation bactérienne de l’intestin grêle), pour n'en citer que quelques-uns. Par conséquent, la différenciation entre ces problèmes gastro-intestinaux peut être un problème en soi.


Examinons de plus près les symptômes du SII. Nous discuterons également de ce que vous pouvez faire pour traiter ce problème gastro-intestinal.



Quelles sont les causes du SII ?


De nombreuses personnes sont diagnostiquées avec de SII. Dans le monde occidental, la proportion de personnes touchées se situerait entre 5-15% de la population adulte.


Les femmes sont touchées plus fréquemment, avec un ratio qui serait aux alentours de 2.5 pour 1. Il y a donc de fortes chances que vous ou l’un de vos proches ayez ce genre de problèmes gastro-intestinaux et que vous n'en soyez même pas conscient.


Le fait est que, malgré toutes les recherches scientifiques qui ont été faites, il ne semble pas y avoir de causes spécifiquement connues du SII.


Il existe cependant de nombreuses hypothèses fondées. Selon une méta-analyse réalisée à Harvard :

"Personne ne sait ce qui cause le SII. Certaines études suggèrent que les nerfs du côlon pourraient être beaucoup plus sensibles que d'habitude chez les personnes atteintes du SII. Le passage normal de la nourriture et des gaz dans le côlon provoque des douleurs, des spasmes intestinaux et des selles irrégulières.”


Les symptômes du SII


De nombreux symptômes du SII peuvent se transformer en d'autres troubles gastro-intestinaux. La différence réside principale réside dans la fréquence de ces symptômes, les bactéries de l'estomac qui les provoquent et les aliments qui peuvent déclencher ces épisodes.


Les principaux symptômes du SII sont les suivants :

  • Diarrhée

  • Ballonnements

  • Constipation

  • Gaz dans l'estomac

  • Crampes

  • Douleurs abdominales

  • Voyages fréquents aux toilettes


Les symptômes du SII peuvent entraîner une baisse de la qualité de vie pour la plupart des gens. Selon une méta-analyse réalisée par Harvard, la gravité du trouble varie d'une personne à l'autre.


Par exemple, certaines personnes peuvent présenter des symptômes qui vont et viennent et sont juste légèrement gênants. D'autres vont voir leur capacité à travailler, à dormir et à profiter de la vie mise en péril par leurs troubles intestinaux.


Par ailleurs, les symptômes peuvent évoluer au fil du temps. Une personne peut avoir des symptômes graves pendant plusieurs semaines et se sentir bien pendant des mois, voire des années.



Comment diagnostiquer le SII ?


Une des grandes difficultés du syndrome de l’intestin irritable est qu’il n’y a pas de véritable test ou examen médical qui permette de le diagnostiquer. Pourquoi est-il difficile à diagnostiquer ?

  • Premièrement, il y a plusieurs types de SII, qui peuvent avoir des manifestations différentes. Les patients atteints du SII ont été classés en 4 groupes : SII-constipation, SII-diarrhée, SII-mélangé (alternance de constipation/et de diarrhée) et SII-non classifié.

  • Deuxièmement, les déclencheurs des symptômes du SII diffèrent beaucoup entre les patients. Par exemple, certains ont des sensibilités à certains aliments, d’autres non.

  • Troisièmement, on ne sait encore bien ce qui provoque cette pathologie (bien qu’on ait pu établir des liens avec le stress, l’alimentation, la prise de médicaments…).

  • Quatrièmement, les troubles sont similaires à bien d’autres maladies, et sont malheureusement encore trop peu connus du corps médical, ce qui peut avoir des impacts négatifs sur la prise en charge et le diagnostic.


Selon le IBS Global Impact Report, il faut en moyenne 4 ans pour qu'une personne soit diagnostiquée !

Aujourd’hui, la méthode la plus reconnue pour identifier un cas de SII est la Classification Rome IV. Vous pouvez répondre à ces questions vous-même pour commencer à avoir une idée si cela ressemble à votre ressenti.


La classification basée sur les Symptômes (Rome IV)



Microbiote Intestinal Individuel et SII


Nous pouvons ici faire le lien avec le microbiote intestinal (l’ensemble des microorganismes présents dans vos intestins qui exercent -entre autres- un rôle vital dans la digestion). Le microbiote de chaque personne est parfaitement unique, et il est le produit d’un nombre de facteurs héréditaires et environnementaux.


Ainsi, il n’est pas surprenant que certains puissent trouver ces symptômes tolérables et leurs problèmes gastro-intestinaux n'entraveront pas leur vie quotidienne, alors que c’est le contraire pour d’autres. Quoi qu’il en soit, personne ne devrait vivre dans un état de détresse gastro-intestinal constant. 💪


Connaissant la gravité des symptômes, que peut-on faire pour traiter ou prévenir le SII afin qu'il soit beaucoup plus facile à gérer ? Par ici 👇🏽




Comment traiter ou prévenir le SII ?


Une des grandes difficulté de cette pathologie est qu’il n’existe pas de remède connu. En revanche, il existe de plus en plus d’options pour aider à réduire la gravité de certains des symptômes. Bien que ces maux ne disparaissent pas pour de bon, cela peut aider.


Lutter contre le stress chronique


Bien que les études ne démontrent pas que le stress ne soit pas à lui seul responsable du SII, il est de plus en plus évident qu'il existe une relation importante entre l'intestin et le cerveau. Il existe de nombreuses façons de soutenir cette relation entre l'intestin et le cerveau et ces pratiques peuvent être des outils importants pour la gestion du SII.


Le stress psychologique est un facteur important pour le développement du syndrome de l’intestin irritable. De plus en plus de preuves cliniques et expérimentales montrent par exemple que le SII est une combinaison de côlon irritable et de cerveau irritable.


Une étude longitudinale réalisée sur 72 patients atteints de SII a étudié l’impact de la réduction du stress sur la sévérité des symptômes du SII. Bien que cette étude soit limitée par le fait que les patients évaluent eux même leur niveau de stress, et est donc susceptible a des biais importants, les résultats étaient positifs. Ceci suggère, tout comme un nombre d’études que le stress peut être lié à la sévérité des symptômes.



Agir sur la réduction du stress chronique

Il existe une multitude de thérapies qui se penchent sur cet axe-là. Voici quelques pistes pour utiliser la réduction du stress comme stratégie pour la gestion des symptômes SII.

L’exercice physique

  • Un exercice cardiovasculaire modéré augmente le flux sanguin dans tout le corps, fournissant des nutriments et de l'oxygène au système digestif. Par exemple, la pratique du yoga, de la course ou de la natation quelques fois par semaine peut aider à réguler les contractions intestinales, soulageant ainsi les douleurs abdominales.

  • Associé à une alimentation saine, l'exercice physique peut également vous aider à maintenir un poids santé et à renforcer votre sentiment de bien-être.


Acupuncture, acupression et méditation

  • Certaines de ces techniques thérapeutiques qui peuvent soulager les douleurs abdominales en aidant votre esprit et vos muscles à se détendre.

  • L'acupuncture et l'acupression impliquent l'utilisation d'aiguilles très fines ou le massage pour stimuler des points spécifiques du corps, améliorant ainsi la circulation sanguine.

  • La méditation est une forme de relaxation profonde qui est utilisée depuis des siècles par les gens du monde entier. Beaucoup de gens trouvent que la méditation aide à rétablir l'équilibre émotionnel, à réduire le stress et à augmenter l'énergie.


Hypnothérapie

  • Certaines études montrent que l'hypnose - dans laquelle un praticien vous aide à atteindre un état de relaxation profonde - peut aider à soulager les symptômes du SII sans médicament ni changement de régime alimentaire.


Psychothérapie

  • L'anxiété ou la dépression peuvent déclencher les symptômes du SII ou les faire s'aggraver. De nombreuses personnes trouvent que parler de leurs préoccupations en thérapie peut aider à soulager les malaises digestifs.




Modification du régime alimentaire


Les FODMAPs


Beaucoup de patients atteints du syndrome de l’intestin irritable signalent que certains aliments provoquent ou aggravent leurs symptômes. Une catégorie d’aliments en particulier (les FODMAPs) a été identifiée comme étant néfastes dans le cadre d’un SII.


FODMAP signifie Fermentable Oligo-, Di-, Monon-saccharides AND P-olyols.

Les FODMAP se trouvent dans une grande variété d’aliments en quantités variables. Certains de ces aliments sont assez typiques, comme les viandes animales grasses et le sucre raffiné. Cependant, d'autres inclusions dans un régime alimentaire à faible teneur en FODMAP sont choquantes car elles sont saines, comme les oignons et les haricots.


Les principales sources alimentaires des quatre groupes de FODMAP sont les suivantes :


Le régime FODMAP est populaire parmi les personnes qui essaient de réduire leurs problèmes gastro-intestinaux. Ce régime consister à éliminer les aliments qui contiennent des ingrédients susceptibles de causer des problèmes gastro-intestinaux.


Autres conseils alimentaires

  • ☕️ Limiter la cafféine : Beaucoup d'entre nous ont besoin de leur tasse de café du matin pour commencer la journée. Mais cette tasse de café matinale nous fait aussi souvent courir aux toilettes. Essayez d'éliminer, ou tout au moins de réduire, la quantité de caféine que vous consommez chaque jour.

  • 🌱Ajoutez des fibres à votre régime alimentaire : Les fibres se trouvent principalement dans les aliments d'origine végétale. Mangez beaucoup de légumes verts à feuilles, de carottes et de baies pour réduire les troubles gastro-intestinaux.



La vertu des régimes personnalisés


Pour ce qui de l’alimentation, il ne faut pas oublier que chaque microbiote est unique, et a donc une combinaison d’aliments qui lui seraient plus ou moins bénéfiques. Les régimes génériques ont toujours leurs limites, surtout lorsque l’on parle du SII qui varie tant d’individu à individu. Des analyses de microbiote sont disponibles qui vous permettent de découvrir, en fonction des bactéries intestinale qu’il vous manquent, ou que vous avez en excès, les aliments qu’il faudrait privilégier.


💊 Consommer des suppléments de probiotiques


La plupart des symptômes du SII commencent au niveau de l'intestin.


Pensez-y... diarrhée, ballonnements, crampes ? Vous devez donc faire de votre microbiote intestinal un meilleur endroit pour que vos microbes puissent vivre.


C'est pourquoi vous avez besoin de suppléments probiotiques personnalisés pour la santé de votre intestin.



The Serious Gut


The Serious Gut conçoit des probiotiques personnalisés, basés sur des études cliniques, et à adaptés aux besoins spécificque de votre microbiote.


Découvrez nos probiotiques personnalisées, et analyse de microbiote ici.




Bibliographie


Barrett, Jacqueline S. “How to institute the low-FODMAP diet.” Journal of gastroenterology and hepatology vol. 32 Suppl 1 (2017): 8-10. doi:10.1111/jgh.13686


Cryan, John F et al. “The Microbiota-Gut-Brain Axis.” Physiological reviews vol. 99,4 (2019): 1877-2013. doi:10.1152/physrev.00018.2018


Gupta, Sanjay, Nitesh Kumar Singh, and Vinod Verma. "Significant perceived stressors in irritable bowel syndrome: a stress interventional module analysed." International Journal of Research in Medical Sciences 8.7 (2020): 2431.


IBS Global Impact Report 2018:: https://badgut.org/wp-content/uploads/IBS-Global-Impact-Report.pdf


Kim, Young Sun, and Nayoung Kim. “Sex-Gender Differences in Irritable Bowel Syndrome.” Journal of neurogastroenterology and motility vol. 24,4 (2018): 544-558. doi:10.5056/jnm18082


Longstreth GF, Thompson WG, Chey WD et al. Functional bowel disorders. Gastroenterology 2006; 130:1480-91.


McIntosh, Keith et al. “FODMAPs alter symptoms and the metabolome of patients with IBS: a randomised controlled trial.” Gut vol. 66,7 (2017): 1241-1251. doi:10.1136/gutjnl-2015-311339


Moser, Gabriele, Camille Fournier, and Johannes Peter. "Intestinal microbiome-gut-brain axis and irritable bowel syndrome." Wiener Medizinische Wochenschrift 168.3-4 (2018): 62-66.


Qin, Hong-Yan et al. “Impact of psychological stress on irritable bowel syndrome.” World journal of gastroenterology vol. 20,39 (2014): 14126-31. doi:10.3748/wjg.v20.i39.14126


Whitehead, William E. “Hypnosis for irritable bowel syndrome: the empirical evidence of therapeutic effects.” The International journal of clinical and experimental hypnosis vol. 54,1 (2006): 7-20. doi:10.1080/00207140500328708


____

Si vous avez des questions ou des commentaires à propos de cet article, n'hésitez pas à nous écrire à gus@theseriousgut.com


La curiosité est récompensée.


L'équipe The Serious Gut. 🦠


58 vues0 commentaire