Rechercher
  • Serious Gut

Quels effets ont les probiotiques sur le microbiote intestinal?



[Sommaire]

- Bienvenue dans le merveilleux monde des bactéries

- Rappel: Qu'est ce que le microbiote?

- A quoi servent les bactéries?

- Le microbiote est étroitement lié au cerveau

- Qu'est ce qui affecte notre santé bactérienne?

- L'appauvrissement du microbiote occidental

- Probitiques, à la réscousse!

- Les probiotiques sont partout autour de nous

- Chaque souche de bactéries a des effets spécifiques

- Les prébiotiques et les probiotiques, un amour fou

- Les probiotiques sont-ils dangereux pour la santé?

- Le futur des probiotiques: la personnalisation

- Comment savoir si un microbiote est sain?

- Bibliographie


Bienvenue dans le merveilleux monde des bactéries


L’idée d’ingérer des millions de bactéries dans nos corps peut être déstabilisante, voire effrayante. On est habitués à prendre des antibiotiques qui ont pour vocation de tuer les bactéries et on utilise même des lotions et des savons antibactériens. On passe notre temps à se protéger des microbes qui nous entourent. Lorsqu’on entend le terme bactérie ou microbe, on imagine sans doute quelque chose de cette ordre la, car l’idée qu’ils sont nuisibles nous est inculquée depuis notre plus tendre enfance.



Mais la recherche effectuée au cours des dernières années suggère qu’on est en pleine révolution scientifique. Nous hébergeons une réelle foret, un écosystème qui régule certains aspects de notre santé, comme la digestion, l’immunité ou encore notre humeur. Et tout ca grâce à des microbes...


On va découvrir ensemble le mystérieux monde des bactéries et du microbiote, ainsi que leur rôle dans notre santé. Ensuite on s'attaquera aux probitoques. Que sont-ils ? Comment agissent-ils pour améliorer notre santé ? Dans quel cas ils sont utiles ? Quels sont leurs potentiels dangers ?


C'est parti ! 😉


Rappel: Qu'est ce que le microbiote?


En réalité, nous sommes surtout microbiens. Le nombre de microbes dans notre organisme équivaut à plusieurs fois celui de nos cellules, soit environ 40 000 milliards. Les microbes sont des minuscules organismes, qui peuvent être des bactéries, des virus, des parasites. Ils sont si minuscules que leur masse dans notre corps ne représente que 1.5 kg. Le poids d’une grande bouteille d’eau!


A quoi servent les bactéries?

Nous hébergeons des milliards de bactéries et en échange elles nous aident, comme des petits soldats à effectuer toutes sortes de tâches. Ils nous aident à digérer la nourriture, à réguler notre système immunitaire, à nous protéger des bactéries hostiles qui peuvent causer des maux, à produire des vitamines telles que les vitamines B, B12, Thimaine et riboflavine, K qui sont nécessaires pour une bonne coagulation. Ils nous aident aussi à maintenir le bon PH ou encore à prévenir les inflammations.


“100 000 milliards de microorganismes ont signé un pacte avec nous : «le gîte et le couvert» en échange de la santé”
- Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre


Le microbiote est étroitement lié au cerveau


L'action du microbiote ne se limite pas aux intestins et à la digestion. Le microbiote intestinal est lié au cerveau via le nerf vague. Cette relation fonctionne dans les deux sens, de telle sorte qu’un déséquilibre du microbiote (appelé dysbiose dans le jargon) affecte la production de neurotransmetteurs comme la sérotonine : l'hormone du bonheur. Eh oui, on dirait bien que depuis notre ventre se trouve un système de controle ayant le pouvoir d'affecter notre bien-être psychique. La recherche récente explore aussi l’impact de la qualité de la flore intestinale sur le niveau de stress et sur l’anxitété. Les papillions dans le ventre, ça vous dit quelque chose?


Le microbiote intestinal n’est d’ailleurs pas le seul (bien qu’il héberge un bien plus grand nombre de bactéries que les autres). Nous avons au moins 6 microbiotes au total qui sont: la bouche, les poumons, la peau, la vagin pour les femmes, l’appareil urinaire, et bien évidemment, le microbiote intestinal.



Qu'est ce qui affecte notre santé bactérienne?

Beaucoup de facteurs rentrent en compte et définissent notre signature microbienne. Par exemple, l’âge et les gènes affectent la composition bactérienne de notre microbiote.


Mais le plus interessant c'est que notre flore intestinale est modulable... Notre régime et notre environnement peuvent avoir des effets assez prononcés sur notre composition bactérienne. En effet une mauvaise alimentation, trop de stress, la prise excessive d’antibiotiques, l’absence de sommeil ou encore notre environnement peuvent faire pencher la balance du mauvais côté et redonner un avantage aux mauvaises bactéries.


On sentira passer une dysbiose. En effet, une colonisation de bactéries pathogènes est la porte ouverte aux troubles digestifs et à une baisse de la protection immunitaire (qui nous protège contre tout un tas de maladie, comme le diabète, la maladie de Crohn, l'obésité et les troubles cardiaques).


L'appauvrissement du microbiote occidental


Si la découverte de cet écosystème vertueux a émergé récemment dans la recherche en créant un nouvelle voie pour la médecine, il y a aussi des mauvaises nouvelles. À coup de comparaisons entres différentes géographies et entre patients atteints de différentes conditions, on a réalisé qu’on avait affaire à une vraie déforestation du microbiote dans le monde Occidental. On dit même qu’une personne sur quatre dans cette région aurait un microbiote appauvri…


La bonne nouvelle c’est que si les mauvais comportements peuvent être nocifs, il y a aussi des actions concrètes que l’on peut faire pour redonner le pouvoir aux bonnes bactéries, qui s’occuperont de nous défendre. Ce n'est donc pas étonnant que l’idée des probiotiques ait fait autant d’échos dans les médias ces dernières années.



Probitiques, à la réscousse!


Les probiotiques sont des microorganismes vivants, qui ingérés dans les bonnes quantités, peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé, selon l’OMS (Organisation Mondiale de la santé.”


Les probiotiques ont en réalité une histoire assez ancienne, puisque le "père des probiotiques", le chercheur Russe Metchnikoff (prix Nobel en 1908) fait les premières découvertes des bienfaits des probiotiques dans les premières années du 20ème sciècle.


L’idée lui vient d’une observation étrange. Comment cela se faisait-il que certaines populations rurales les plus pauvres de Bulgarie vivaient très longtemps, étant donné leur conditions de vies difficiles (vraiment très, très difficiles) comparé à leur contreparties plus fortunées ? Metchnikoff a observé leurs habitudes alimentaires et leur consommation importante de laits fermentés. Ca lui a donné l’idée d’explorer la manipulation de la flore intestinale (aussi appelée microbiote) pour améliorer la santé et retarder la sénilité.


Depuis les années 90, les probiotiques ont été reconnus par le monde de la recherche et le secteur a véritablement explosé. Plus de 20,000 articles sur le microbiote ont été publiés dans la dernière décennie sur la relation entre le microbiote et la santé.



Les probiotiques sont partout autour de nous


Sans s'en rendre compte, nous avons tous "pris des probiotiques" et ce dès notre première réspiration. Pendant la naissance, un bébé récolte au passage les bactéries Bacteroides, Bifidobacterium, Lactobacillus, et Escherichia coli de sa maman. Ces bactéries ne sont pas présentes lorsque l’enfant nait par césarienne. Il a même été montré que la naissance par césarienne pourrait être à l’origine du dévelopement disproportionné d’allergies, de systèmes immunitaires moins optimals et d'une moindre richesse du micriobiote.


Les probiotiqies se trouvent également dans les produits alimentaires fermentés. Le plus connu d’entre eux est le yaourt, mais ça ne s’arrête pas là. On trouve aussi des probiotiques dans les boissons à base de soja; le lait fermenté, certains fromages, le kefir, le kimchi, la choucroute, les cornichons.


Au delà de leur présence naturelle dans notre environnement et dans les aliments, les probiotiques sont aussi vendus comme compléments alimentaires. On les retrouve sous forme de gélules, de sachets ou encore de boissons.



A quoi servent les probiotiques?

L'idée est simple: en ingérant les bonnes bactéries au bon moment et dans la bonne quantité, nous pouvons agir pour contrer les déséquilibres de notre microbiote.

La recherche démontre par exemple qu’il y a des bénéfices clairs à la prise de probiotques pour le transit intestinal. Lorsque le tube digestif est en bonne santé, il réussit à filtrer les bonnes bactéries et à protéger l’organisme des mauvaises bactéries en éliminant les toxines. La prise de probiotiques peut aider à recréer le bon équilibre de bactéries et à réguler la motilité gastrointestinale en insérant en bonne quantité les bactéries manquantes. La preuve est dans la science. Les probiotiques ont démontré leur efficacité dans le traitement des diarrhées infectieuses, des diarrhées associées à la prise d’antibiotiques, le syndrome du colon irritable.


Les probiotiques agissent aussi pour renforcer notre système immunitaire. Lorsqu’il n’est pas à son max, le système immunitaire a plus de mal à nous protéger et nous nous retrouvons plus vulnérables aux réactions allergiques, aux infections, aux maladies auto-immunes. Grâce à la prise de “bonnes” bactéries, nous pouvons donc encourager le bon fonctionnement du système digestif et combattre nos points faibles immunitaires. Ps: Notre microbiote change tout au long de notre vie, ce n’est donc jamais trop tard pour s'en préoccuper.



Chaque souche de bactéries a des effets spécifiques


Comprendre quels probiotoques utiliser peut être toute une affaire. Il y a quelques trucs à savoir. Il faut donc bien se renseigner avant de choisir les souches et les marques que l’on va consommer si on veut que les probiotiques puissent porter leurs fruits (ou leurs bactéries ;) ). Il faut prendre en compte les facteurs suivants:

  • La “souche” de bactéries. L’espèce ou la souche des probiotiques ingérée détermine l’efficacité de la prise. Certaines souches ont une action très ciblée et sont utiles pour traiter des maux spécifiques. Par exemple le Lactobacillus rhamnosus peut prévenir des diarrhées liées à la prise d'antibiotiques. Ou encore, le Lactobacillus plantarum peut prévenir des candidoses vulvo vaginales.

  • La traçabilité. Il vaut mieux se procurer auprès d’entreprises ayant de l’expérience dans la manipulation des cette matière vivante, car la maintenir en vie requiert des conditions de conserveration particulières afin que les bactéries soient efficaces lorsqu’elle parviennent à l’intestin.

  • L'adhésion. Puisque les bactéries doivent faire le long voyage depuis la bouche jusqu’a l’intestin en faisait face à beaucoup d’obstacles pour arriver en forme, il faut que les probiotiques soient produits de sorte à assurer une bonne adhésion à la muqueuse intestinale.

De cette manière on donne toutes les chances aux bactéries de bien s’intégrer dans le système immunitaire et de pouvoir mener les bonnes batailles.



Les prébiotiques et les probiotiques, un amour fou


Les pré-biotiques sont des composants chimiques (oligosaccharides) capables de moduler et d’optimiser le transit intestinal ansi que de contribuer à la diversification du microbiote intestinal. Ils sont intéressants car ils résistent aux enzymes digestives ce qui leur permet de passer par le tube digestif sans être digérés.


Les pré-biotiques se prennent souvent en complément de traitement et ils peuvent avoir un effet synergique avec les probiotiques. On peut imaginer les pré-biotiques comme la nourriture des probiotioques qui les stimulent et confèrent ainsi des effets bénéfiques à la santé de l’hôte.



Les probiotiques sont-ils dangereux pour la santé?


Les chercheurs considèrent de plus en plus des probiotiques comme des médicaments et moins comme des compléments alimentaires. Les probiotiques sont généralement vus comme étant sécurisés. Ils sont facilement accessibles en pharmacie, sur internet, dans les magasins bio, ou chez les herboristes.

Cependant, des rapports récents ont montré que les probiotiques ne sont pas si inoffensifs que ça dans toutes les situations. En effet, "l’utilisation de probiotiques, si elle ne constitue pas une indication médicale, peut entraîner une accumulation de bactéries dans l’intestin grêle, entraînant des problèmes cérébraux ainsi qu’un gonflement abdominal" découvrent les dernières études. Le mieux est, comment toujours, d'en discuter avec un médecin!




Le futur des probiotiques: la personnalisation



Comment savoir si un microbiote est sain?


Bien que la recherche sur ce qu’est un microbiote sain soit encore dans ses débuts (on peut le comprendre, avec 100,000 milliards de bactéries à prendre en compte), on réalise que la diversité et l’abondance sont les facteurs les plus importants. Des corrélations ont été trouvées entre les personnes atteintes de maladies et la richesse de leur microbiote comparées aux personnes saines qui avaient une richesse de la flore intestinale plus importante.


Globalement chaque microbiote est unique et a ses propres besoins. C’est pour cela que des entreprises comme The Serious Gut commencent à proposer des traitements de probiotiques personnalisées à la flore intestinale. Pour une prise plus sécurisée, plus ciblée et efficace, ils vaut mieux savoir ce que vous avez dans le ventre! Vous pouvez commander votre kit d'analyse de microbiote ici.


Bibliographie

Armuzzi A, Cremonini F, Bartolozzi F, et al. The effect of oral administration of Lactobacillus GG on antibiotic-associated gastrointestinal side-effects during Helicobacter pylori eradication therapy. Aliment Pharmacol Ther. 2001;15(2):163-169. doi:10.1046/j.1365-2036.2001.00923.x

DeGruttola, Arianna K et al. “Current Understanding of Dysbiosis in Disease in Human and Animal Models.” Inflammatory bowel diseases vol. 22,5 (2016): 1137-50. doi:10.1097/MIB.0000000000000750


Palacios, S., Espadaler, J., Fernández-Moya, J.M. et al. Is it possible to prevent recurrent vulvovaginitis? The role of Lactobacillus plantarum I1001 (CECT7504). Eur J Clin Microbiol Infect Dis 35, 1701–1708 (2016). https://doi.org/10.1007/s10096-016-2715-8


Peter J. Turnbaugh, “Diet should be a tool for researchers, not a treatment“ (2020), Nature 577, S23 (2020), doi: 10.1038/d41586-020-00202-5


Toscano M, Grandi R, Pastorelli L, et al. A consumer’s guide for probiotics: 10 golden rules for a correct use. Digestive and Liver Disease 49(2017) 1177-1184. Doi:10.1016/j.dld.2017.07.011.


Yang, Irene et al. “The Infant Microbiome: Implications for Infant Health and Neurocognitive Development.” Nursing research vol. 65,1 (2016): 76-88. doi:10.1097/NNR.0000000000000133


Si vous avez des questions ou des commentaires à propos de cet article, n'hésitez pas à nous écrire à gus@theseriousgut.com La curiosité est récompensée. L'équipe The Serious Gut. 🦠

1 vue